Voici trois poèmes, sur les nombreux écrits en cette année 2018 : Frissons d'automne, comme son nom l'indique, écrit en automne de fin 2017, est un des poèmes dont le style est inspiré du grand poète belge Emile Verhaeren (enfin j'espère que j'y ai réussi) : Le deuxième a été écrit en Hommage au Colonel Beltrame mort en service commandé : Le dernier, écrit à l'été, aux Pays-Bas sur la belle plage de Katwijck au soir. (voir le film)

Frissons d’automne

 

Dans Bruxelles qui frissonne, l’automne doucement

A envahi les rues, les parcs, les avenues.

Le vent se fait plaisir, sous un ciel nuageux,

A dénuder les arbres de leur costume d’été.

 

Les flâneurs se font rares dans les parcs qui se vident.

Les belles aux robes légères désertent les allées,

Que seuls fréquentent les chiens et leurs maîtres placides

Et quelques amoureux aux étreintes cachées.

 

En journée, la grand ’place ose encore résister,

Accueillant les touristes aux terrasses des cafés.

Les galeries royales sont autant de refuges,

Quand les cieux malicieux leurs promettent le déluge.

 

Très loin de Jupiter et les cieux inquiétants,

Notre Chaloupe d’Or reste la thébaïde

Qui sera à jamais, qu’importe les saisons,

Un doux havre de paix, ignorant les frissons.

 

20171012

Hommage à nos défenseurs

 

Ma France, mon amour,

Orpheline à nouveau

Tu pleures ton héros

Qui a donné sa vie

Pour en sauver une autre.

Ma France lève-toi,

Brandit ton étendard,

Tes enfants sont debout,

Invincible rempart,

Face à la barbarie,

Défendant tes valeurs

Et la démocratie.

 

2018-03-28

Un soir sur la plage

 

Que nous avions aimé ce spectacle magique

Offert à nos regards, quand un soir à Katwijk,

Sur sa plage déserte, nous marchions silencieux.

 

Le soleil au lointain n’était plus que du feu

Et sombrait lentement dans ce calme océan,

En donnant au ciel bleu une couleur d’incendie.

 

Dans le seul bruit des vagues, attendant que la nuit

Et son obscurité nous chassent à regret,

Nous quittâmes la plage le cœur émerveillé.

 

20180819